Équipements de refroidissement

Nouvelle procédure pour les équipements de refroidissement au centre de recherche du CHUL

Ce document a été produit afin de sensibiliser les chercheurs et leur personnel à l’importance des équipements de refroidissement et de la valeur de leur contenu lorsque survient une panne de fonctionnement.

Brièvement :

1- Déterminer les personnes responsables des équipements de refroidissement de votre équipe.

2- Compléter et imprimer une feuille de procédure pour chaque équipement de refroidissement s’il n’y a pas déjà une feuille d’alarme. Cependant, s’il y a déjà une feuille d’alarme sur l’équipement alors juste vérifier l’exactitude des renseignements et apporter les corrections nécessaires.

3- Coller cette feuille sur l’équipement et faire des mises à jour régulièrement.

 

Explication détaillée :

Par définition, un équipement de refroidissement est un équipement qui a le pouvoir de refroidir un certain volume d’air, comme les chambres froides à 4°C et -20°C, les réfrigérateurs à 4°C, les congélateurs à -20, -30, -40, -80 et -150°C, de même que les caissons cryogéniques à l’azote liquide. En laboratoire, ils ont tous en commun la conservation à court, moyen ou long terme, de matériel chimique, biologique ou radioactif issu de vos recherches. Ils ont également en commun la possibilité d’une défectuosité de fonctionnement et en conséquence, d’un retour à la température ambiante.

Comme le matériel de laboratoire est en général le fruit de la recherche scientifique, il y a une certaine valeur qui lui est attachée en regard des investissements en temps, en salaire et en coût d’achat de produit. Il est donc impératif de savoir en cas de panne quelles sont les conséquences réelles pour la poursuite de vos recherches.

Dans un premier temps, il est impératif pour vous de définir l’importance de votre matériel entreposé dans chacun de vos équipements de refroidissement et les conséquences en cas de bris. Pour certain, cela aura peu d’impact, mais pour d’autres les conséquences pourraient être dramatiques. Il suffit de vous poser la question suivante, mon matériel entreposé dans mon congélateur à -20°C peut-il supporter une température ambiante durant plus de 48 heures sans être irrémédiablement détruit? En fonction de la réponse à cette question, des actions doivent être prises par le chercheur et son personnel afin d’éviter toute perte de matériel.

Il est de la responsabilité du chercheur de voir à ce que lui et son personnel soient formés et prêts à intervenir en cas de panne de fonctionnement d’un de ses équipements de refroidissement. Il sera seul juge à planifier si une intervention est nécessaire pour transférer son matériel vers un autre équipement.

À cet effet, une feuille de procédure doit être affichée sur chaque équipement de refroidissement indiquant la marche à suivre et les personnes à contacter, même si l’équipement n’est pas muni d’une alarme. Cela à l’instar des feuilles d’alarme actuelles, mais de façon généralisée pour ce type d’équipement. Une copie de cette feuille de procédure est jointe à ce courriel. Vous pourrez alors la compléter, l’imprimer et la coller sur l’équipement.

Il est également de votre responsabilité qu’elle soit mise à jour régulièrement en regard des changements de personnel et du nouveau matériel.

Même si l’équipement affiche une étiquette GBM, ce service n’intervient pas pour ce type d’équipement, d’ailleurs il n’y a plus d’étiquetage pour tous les nouveaux équipements de ce type depuis janvier 2016. Ce sont les frigoristes qui effectuent et couvrent le coût des réparations des chambres froides, des congélateurs -40°C, -80°C et tombeau -150°C. Pour les réfrigérateurs et congélateurs -20, il faut procéder à l’externe et les frais doivent être assumés par le chercheur. Si c’est un équipement commun, les frais seront assumés par l’axe de recherche.

Cas spécifique des chambres froides à 4°C et -20°C

Pour le moment, nous sommes à mettre au point un protocole d’intervention pour les chambres froides, vous serez avisé bientôt à ce sujet.